Finaliste à la chambre de commerce

Ccid

À chaque année la Chambre de Commerce et de l'Industrie de Drummonville (CCID) remet des prix Napoléon aux gens d'affaires de la région.

Au mois d'ocotobre 2020 j'ai eu la chance d'être en nomination dans la catégorie "travailleur autonome". 

En cette année particulière marquée par le COVID-19 où les diverses entreprises et entrepreneurs ont eu à mettre les bouchées doubles pour offrir leurs services et assurer la rentabilité et la continuité face à leur 

clientèle, je peux affirmer que cette nomination était grandement appréciée. 

Oui ce fut une année Rock N' Roll. J'ai expérimenté les séances par vidéo-conférence... malgré les commentaires positifs des gens, ce genre d'intervention ne me convenait pas. En effet, j'ai besoin du contact-client.

Je crois fermement que dans une approche comme l'hypnothérapie, où on travaille avec des gens uniques, ce contact humain est l'essence même du travail.

J'ai donc renoncé à ce genre de séances. Oui, les gens me disaient apprécier car ils pouvaient s'endormir dans leur lit après la séance d'hypnose, mais je trouvais cela vraiment impersonnel.

 

Donc j'ai préféré tenir le bureau fermé pour respecter les demandes gouvernementales.

J'ai donc eu à appeler chaque client un par un pour repousser leur rendez-vous. TOUS sans exception étaient compréhensifs et ce fut plus qu'un baume pour moi. Ce n'était pas un soulagement, mais une belle tape dans le dos de tenir le cap et de croire que tout reviendrait dans l'ordre.

Puis en juin, le gouvernement de la CAQ affirme que nous pouvons ouvrir nos portes à nouveau. Quelle joie de pouvoir enfin vous recevoir à nouveau.

Puis une autre bonne nouvelle, la CCID publie ma nomination pour ce Napoléon. Gratitude! Être reconnu par ses pairs et ses clients en cette période pandémique est une belle cerise sur le Sundae. 

 

Aujourd'hui vous êtes encore là au poste. Vous continuez à me faire confiance. Vos bons mots, vos références me poussent à me surpasser encore et toujours.

 

Merci pour ces reconnaissances, et je compte bien être encore là pour ...25 ans minimum (pour citer Michel Barette) :)